• S'inscrire à la newsletter
  • Le Mag
S'inscrire à la newsletter

Je m'inscris à la newsletter de Bubble

Green

Bonne idée, les carrés potagers d’Oxybul à hauteur d’enfant !

 

Carré potager, Oxybul, 39,99€ ; www.oxybul.com.

La météo des émotions

Avec cette roue des émotions, accessible même aux plus petits, apprenez à vos loupiots à mettre des mots sur ce qu’ils ressentent. Cela les aidera à mieux comprendre ce qui se passe dans leur tête et à être moins sens dessus dessous lorsque leurs émotions déborderont !

Matériel

Tuto

  1. Téléchargez les deux parties du cercle et imprimez-les en couleur sur du papier un peu rigide.
  2. Découpez les deux cercles comme ceci.
  3. Placer le rond vert au-dessus du rond avec les dessins. Attention de bien garder ces deux éléments l’un sur l’autre et, à l’aide de vos ciseaux, faites une petite entaille au centre (là où il y a un petit rond).
  4. Faites passer votre attache parisienne dans le trou et c’est tout !
  5. Magique : les émotions apparaissent, au fur et à mesure que l’on tourne le rond vert. Et toi tu te sens comment ?

HANDICAP ET VACANCES EN VÉLO

Voici un témoignage qui donne envie de gravir les montagnes ! Maman de 3 enfants, dont Quentin, 12 ans, handicapé moteur, Blandine nous raconte sa passion pour le cyclotourisme en famille. Avec ce mode de transport, Quentin peut désormais pratiquer la même activité que ses frères, à leur côté, à la même vitesse. Et ça change tout !

 

Bonjour Blandine, peux-tu nous présenter ta famille ?
Après plusieurs années à la Réunion, nous vivons maintenant dans le sud de la France avec nos 3 enfants : Matthieu (6 ans) qui a un handicap moteur de naissance – une infirmité motrice cérébrale sûrement liée à sa très grande prématurité – qui l’empêche de marcher correctement (il se déplace en fauteuil roulant), Baptiste (10 ans) et Quentin (13 ans).

Comment vous est venue l’idée de voyager à vélo avec Quentin ?
Nous avons toujours été sportifs, et pendant très longtemps nous portions Quentin sur notre dos lors des randonnées en famille. Il a fait tous les sommets de l’île de la Réunion avec nous ! En grandissant, il est devenu un peu lourd pour nous et cela devenait compliqué moralement pour lui d’être toujours porté par ses parents. Nous lui avions acheté un tricycle : le projet de partir tous ensemble avec le même mode de transport a mûri doucement dans nos têtes.

Quelle a été votre première expérience ?
Nous avons commencé en 2014 par une semaine de randonnée à vélo sur le canal du Midi. Nous avions prévu que Quentin ferait 30 km par jour avec son tricycle, à son rythme, sur une route totalement plate. Mais, très vite, nous nous sommes rendu compte qu’il manquait de puissance musculaire pour un tel effort. Nous lui avons alors bricolé une solution de secours : Quentin pédalerait toujours sur son tricycle, mais ce dernier désormais attaché derrière le VTT de son papa. Ce fut une magnifique découverte ! L’organisation n’était cependant pas encore optimale : nous ne voulions pas que Quentin soit « derrière ». C’est comme ça que nous avons trouvé LE vélo qu’il nous fallait pour la suite de nos aventures : le tandem Pino Hase Bikes, qui permet d’avoir une personne à l’arrière (le papa, en l’occurrence) qui pédale, guide et freine, et une personne couchée à l’avant, qui pédale également.

Et les suivantes ?
Après le canal du Midi à vélo en famille en 2014, nous sommes partis en 2015 faire le tour de la Bretagne : 4 semaines pour parcourir 1 000 kilomètres, soit entre 40 et 50 km par jour. Bien équipés avec notre tandem, nous étions en complète autonomie, c’est-à-dire avec notre tente, notre réchaud et nos panneaux solaires dans nos sacoches !
En 2016, c’est en Suisse que nous sommes partis 3 semaines. Toujours en autonomie sur les 800 km de l’itinéraire. Je dois avouer que, sur le coup, j’ai été bien refroidie par le dénivelé des étapes… Le premier soir, j’ai même dit à mon mari que nous nous étions trompés, qu’il fallait abandonner. L’objectif de nos vacances à vélo en famille n’est pas du tout la performance physique. Heureusement, les itinéraires de cyclotourisme en Suisse sont extrêmement bien organisés : nous pouvions prendre le train sur les portions difficiles et, à partir de là, ce fut parfait !

Qu’est-ce que le cyclotourisme a changé pour votre famille dans son ensemble et pour Quentin en particulier ?
Lorsqu’on a un enfant en situation de handicap, on a peur qu’il « freine » la fratrie à cause de son handicap et que ses frères lui en veuillent inconsciemment par la suite. Les garçons se sont toujours bien entendus, mais grâce à ces semaines passées à pédaler côte à côte et à vivre 24 heures sur 24 en tribu, une nouvelle interaction s’est créée entre eux.
Pour Quentin, tous ces kilomètres parcourus en vélo ont contribué à lui donner confiance en lui. Il s’est rendu compte qu’il pouvait faire comme tout le monde, et même beaucoup plus ! Par ailleurs, le fait d’être sur un tandem et de devoir s’en remettre entièrement à son père pour la conduite, le freinage, la vitesse, l’a obligé à lâcher prise, à faire confiance aux autres. Ce n’était pas gagné car, ne maîtrisant pas son environnement, Quentin et les enfants handicapés moteur comme lui sont au départ plus craintifs.

Pourriez-vous revenir en arrière et changer de moyen de transport pour voyager ?
On a parfois des envies de roadtrip en camping-car. Mais on a maintenant bien trop peur d’être « enfermés » ! Le vélo rend tellement heureux. Avoir la tête toujours dehors, le vent dans les cheveux… cela procure un sentiment de liberté dont on peut difficilement se passer.

Conseillerais-tu le cyclotourisme aux parents d’enfants handicapés comme Quentin ?
Oui ! Nous rencontrons beaucoup de parents qui se sentent enfermés avec leur enfant handicapé. Avec notre expérience réussie, je veux montrer à tous que l’on peut lever les barrières, sortir de la douleur, du repli sur soi. Le week-end prochain, deux familles viennent à la maison essayer notre tandem avec leur enfant handicapé. C’est une petite victoire. Et notre nouveau cheval de bataille…

Quels sont vos prochains projets ?
Cet été, direction l’Est, le long du Danube : 1 200 km, et 5 semaines dans 5 pays différents (Autriche, Hongrie, Slovaquie, Croatie et Serbie) ! Notre rêve ultime serait de partir faire le tour du monde en famille à vélo. Rien n’est impossible, alors pourquoi pas…
La suite des aventures…
Suivez toutes les aventures de notre joyeuse famille sur leur blog « 3 ti gars à roulettes » (3tigarsaroulettes.wordpress.com).

*Voyage Family
Sur son site www.voyagefamily.com, Caroline Krauze, maman aventurière de 36 ans, interviewe des familles inspirées et inspirantes, sélectionne des hébergements insolites et propose des destinations dans le monde entier à partager avec ses enfants. Pour organiser vos vacances cet été, guettez son livre 50 destinations de rêve pour s’évader en famille, à paraître ce mois-ci !

 

 

SUMMERTIME

À accrocher dans leur chambre pour fêter l’été !

« Guirlande à fleurs multicolore », Meri Meri, 17€. En vente sur fr.smallable.com.

ARTISTE

Coup de cœur pour les tableaux-prénoms oniriques d’Aurore Gaillard-Guiol. Ses dessins à la main s’inspire de l’univers de chaque enfant : un cadeau unique !

Tarif : à partir de 25€ ; www.alittlemarket.com/boutique/petit_tableau-682871.html.

COUSINS

L’un des plaisirs des grandes vacances ? Dormir dans une chambre avec tous ses cousins ! Fort utiles, dans ce cas : les  lits superposés avec tiroir-lit… Et pourquoi pas ceux d’Okaïdi, fabriqués en France et en bois PEFC ?

Lits superposés modulables et Tiroir-lit gigogne MOOD, Okaïdi, 629,99€ et 139,99€ ; www.okaidi.fr.

FLEURS

Avec ce kit délicieusement floral de My Little Day, cet été, on organise leur anniversaire au milieu des champs !

« Le kit Liberty », à partir de 54,40€ pour 8 enfants ; www.mylittleday.fr.

LA-HAUT

Beaux rêves en perspective…

« Mobile cage aux oiseaux », Djeco, 29,99€. En vente sur www.oxybul.com.

La BIG pochette des vacances Oelwein X Bubble Mag

Voilà l’été !
Laissez-vous inspirer par la talentueuse illustratrice Olwein qui vous a concocté une BiG Pochette d’activités pour occuper les petits vacanciers.
Vous pouvez la télécharger gratuitement et la confier aux mains créatives de vos enfants !

Au programme

Des DIY, des coloriages, des pliages, des jeux…

Téléchargez et partagez cette pochette avec vos amis. Vous pouvez aussi vous renseigner auprès du magasin Idkids le plus proche de chez vous, des ateliers Olwein X Bubble Mag sont prévus cet été !
Tout le programme des créative space, c’est ici !

« AU SECOURS »

Mauvaise mère, vous ? Allez donc faire un tour sur la page Facebook de « Parent Épuisé », vous vous sentirez tout de suite moins seule… Et pour le départ en vacances, évitez le pire avec le « Kit de survie du parent épuisé – En voiture » !
Prix : 14,99€ ; en vente sur www.parentepuise.com.

LA BONNE IDEE !

Un jeu qui, à la fois, stimule leur mémoire et leur fait faire de l’exercice ? Cela s’appelle « Moves » : 18 palets en bois représentant chacun un mouvement à réaliser. Le 1er joueur (6-12 ans) pioche et imite la figure illustrée. Le 2e exécute la même figure ainsi que celle du palet qu’il vient de tirer, et rebelote. Mais oui, les parents sont acceptés.

« Moves », 14,99€ ; www.oxybul.com.

ARTISANALE

On ne résiste pas à l’envie de vous montrer cette mini-cuisinière faite main par une ébéniste sortie de l’École Boulle et qui a créé avec son frère l’« Atelier Monsieur Madame ». Inaccessible, malheureusement, mais qui sent bon mère-grand !

« Cuisinière pour enfant », à partir de 2 ans : sur commande, 350€ ; ateliermonsieurmadame.fr.

 

MEMO ECOLO

Bois de charme du Jura, motifs sérigraphiés à la main, encre à l’eau et absence de vernis : ce mémo de 40 pièces (3+), imaginé en collaboration avec des artisans, n’est décidément pas comme les autres !
« Wooden Icon Memo », Thalie & Orphée, 26,40€ ; www.thalie-orphee.fr.

A TABLE !

Dénichée au Canada, cette pâte à modeler 100 % naturelle et parfumée avec de vrais fruits (heureusement, son goût salé nous retient de tout dévorer !) est réhydratable à volonté. Elle ne colle pas, ne tache pas et ne s’effrite pas. Miamgique !

Coffrets Tutti Frutti, à partir de 6,99€. Une exclusivité Oxybul : www.oxybul.com.

VROUM !

Imaginées par une start-up hollandaise, « Way to Play » sont des portions de route encastrables et flexibles (en caoutchouc synthétique), à emboîter selon son imagination. Une histoire sans fin !
12 pièces, 33€ ; en vente sur www.chouchous.fr.

SAVOIR-FAIRE

Coup de cœur pour ces superbes hochets en bois de nos forêts jurassiennes. Sur son site « Les Jouets français », Pamela, maman de 4 enfants, met un point d’honneur à ne vendre que des jouets fabriqués par des marques de l’Hexagone, et dont beaucoup se sont vu décerner le label « Entreprise du Patrimoine Vivant ».
« Hochet maracas », 13,50€, Vilac ; www.lesjouetsfrancais.fr.

A L’ABRI DU SOLEIL !

On ne le répétera jamais assez : du soleil, il faut se méfier. Et surprotéger nos enfants. À commencer par coller sur leur nez ces lunettes dès leurs tout premiers mois…

Lunettes de soleil « Diabola » évolutives (de 0 à 18 mois), KI ET LA, 24,99€ ; en vente sur www.oxybul.com.

… et à leur enfiler fissa (grâce à la fermeture à glissière ultra pratique) cette combinaison anti-UV. Et tant pis pour les marques de bronzage !
Combinaison anti-UV une collaboration Oxybul x MayoParasol, 37,99€ (protection solaire UPF 50+), Oxybul ; www.oxybul.com.

UNE CHANCE

Laboratoire créatif, Marsou propose à des créateurs en herbe de lancer leur propre collection tout en étant accompagnés par des pros. Pour la collection printemps-été 2017, Marsou s’est associé à la créatrice d’Hector le castor, qui remet au goût du jour et avec talent les modèles classiques. Solidarité inspirée !

www.marsou.fr

SAVE THE PLANET

Ludique et pédagogique, la nouvelle appli d’Okaïdi – imaginée en partenariat avec Surfrider – permet aux enfants de découvrir des gestes simples pour protéger la planète. Dès le 5 juin (Journée mondiale de l’environnement), découvrez quels sont les 3 premiers défis pour protéger les océans tout en s’amusant ! Prochain défis fin août. Affaire à suivre…

 

« Planet Challenge », appli gratuite disponible sur l’App Store et Google Play à partir du 5 juin.

LA NATURE EN VILLE

Restos locavores, ressourceries, petits producteurs, cueillettes, Repair Cafés, spots de sieste, jardins secrets : avec YesWeGreen, changez vos habitudes de vie et retrouvez toutes les adresses vertes et souvent cachées de la capitale. Et, surtout, laissez-vous tenter, en famille ou entre amis, par l’une des « Green expériences » atypiques que YesWeGreen organise avec ses partenaires.
Pour Bubble, voici 8 spots très nature à découvrir en famille !
www.yeswegreen.org

 

Le jardin écologique de Little Villette
À la Villette se cache, sur 3 000 m2, un lieu encore méconnu : celui des jardins passagers. Écologique, cet îlot de nature et ses légumes anciens ont pour vocation d’initier le public à l’écologie et à la biodiversité, de manière sociale et ludique. Cycles de jardinage, parcours artistiques, rucher pédagogique, promenade commentée, ateliers ludiques pour les enfants (6-12 ans)… Autant de rendez-vous à ne pas manquer !

Le Club des Jardiniers : 211, av. Jean-Jaurès, 75019 Paris. Tél. : 01 40 03 75 75 ; lavillette.com/little-villette. Atelier adulte/enfant : 8 (adhérent) ou 11€/personne.

 

La campagne sur les toits du 20e

Perché sur le toit-terrasse d’un gymnase du 20e arrondissement, un immense jardin de 600 m2 – où sont cultivés tomates, courgettes, cucurbitacées, asperges, carottes et autres légumes à savourer – se cache des regards indiscrets. Les dimanches, le jardin est ouvert aux riverains et à leurs enfants, pour mettre la main à la pâte. Un animateur et les habitués prodiguent avec générosité leurs conseils. Entre l’arrosage, le désherbage et surtout la récolte (qui sera partagée en fin d’atelier), les tâches ne manquent pas !
Le Jardin Perché (la gestion du jardin est partagée avec le Jardin sur le Toit, association de réinsertion qui ouvre le jardin en semaine, et notamment le mercredi pour les enfants) : 91, rue des Haies, 75020 Paris. Tél. : 06 45 24 54 62 ; www.jardinons-ensemble.org.

 

Jardins partagés
Retrouvez l’annuaire des jardins partagés franciliens sur le site « Jardinons ensemble »,
édité par l’association Graine de Jardins. Au sommaire : l’actualité des jardins partagés et les événements liant écologie et initiatives citoyennes.

 

Les pêches de Montreuil
Saviez-vous qu’au début du XIXe siècle se récoltaient, sur les 600 km de murs à pêches de Montreuil, près de 15 millions de fruits ? Une spécificité locale, qui se terminera avec l’arrivée du chemin de fer qui permit aux pêches de Provence d’arriver à Paris avant la maturité de celles de Montreuil. Heureusement, il nous reste de cet héritage un peu plus de 30 ha où, chaque dimanche (de 14h30 à 16h30), il fait bon venir jouer dans les vergers et en apprendre un peu plus sur les murs à pêches auprès du jardinier local (pour le trouver, se rendre au fond de l’impasse Gobétue, puis prendre le chemin en terre sur la gauche). À noter, dans vos agendas : le Festival des Murs à Pêches, du 2 au 4 juin – votre promenade sera alors enjouée par la musique, animée par des jeux et saupoudrée de quelques contes –, le vide-grenier, rue Saint-Just, le 3 juin (de 9 à 17h30) etles Estivales de la permaculture, les 1er et 2 juillet, sur le thème des animaux.
Les Murs à Pêches : 61-97, rue Pierre-de-Montreuil, 93100 Montreuil. Tél. : 01 48 70 23 80 ; mursapeches.wordpress.com et federationmursapeches.jimdo.com. Entrée libre.

 

Le pré de Nanterre
Née par hasard en 1993, sur un remblais, à 8 min en RER de la place de l’Étoile, la Ferme du Bonheur a « poussé » et résisté, au milieu des gravats, des sacs plastique, des échangeurs d’autoroutes et des zones industrielles, à la frange de l’université Paris-X ! Aujourd’hui, c’est un véritable havre de paix où chèvres et spectateurs, troupeau d’oies et « zartistes » cohabitent au milieu des jardins, des écuries, du favela-théâtre et des ruches. Les activités y sont « agro-poétiques» : on y pratique avec exigence et indifféremment la musique baroque et le fromage de chèvre, le miel « de banlieue » et l’abattage du cochon, la dépilation des lapins angora et les conférences scientifiques, le cinéma de plein air et la pédagogie… Chaque dimanche à 15h, rendez-vous en famille pour jardiner, semer, bêcher et cultiver… le bonheur !
La Ferme du Bonheur : 220, av. de la République, 92000 Nanterre. Tél. : 01 47 24 51 24 ; lafermedubonheur.over-blog.net. Entrée libre.

 

La Ferme Urbaine de la porte de Clignancourt
Arrivés porte de Clignancourt, on a du mal à imaginer que, juste là, sur les anciennes voies de la Petite Couronne se trouve une miniferme ! L’entrée se fait par l’ancienne gare Ornano, reconvertie en café-cantine et atelier de bricolage, et donne, en contrebas, sur 1 000 mde campagne avec poulailler (20 poules et 2 canards), cochons d’Inde, jardin d’aromates, verger, miniprairie mellifère (fleurs des champs) où viennent butiner les abeilles des ruches installées sur le toit et potager collectif de 400 m2. Pour découvrir toutes les richesses de ce lieu unique, la Ferme Urbaine organise régulièrement des ateliers pour petits et grands : vite, réservez !
La REcyclerie : 83, bd Ornano, 75018 Paris. Tél. : 01 42 57 58 49 ; www.larecyclerie.com.

 

La piscine écologique de Montreuil

Finis, les yeux qui piquent et la peau qui gratte : venez nager dans une eau 100 % naturelle ! La piscine des Murs à Pêches est la première piscine municipale en France à traitement naturel de l’eau. Véritable paradis aquatique, elle comprend, à l’extérieur, un plan d’eau sur plus de 1 000 m2, un pentaglisse, un toboggan de plus de 10 m de haut, une pataugeoire pour les bambins, de vastes plages végétalisées et, à l’intérieur, 2 bassins : l’un pour l’apprentissage et l’autre, de 25 m, pour les pros du crawl. La piscine de demain…

Piscine écologique des Murs à Pêches : 9, rue Maurice-Bouchor, 93100 Montreuil. Tél. : 01 48 94 92 94 ; www.montreuil.fr/sports/piscinemursapeches. Entrée : de 1,50 à 4€/pers.

 

La pépinière de Denfert-Rochereau
Sur le site des Grands Voisins (ancien hôpital Saint-Vincent-de-Paul), Pépins Production ouvre sa pépinière de quartier aux enfants. Les mercredis (de 10 à 12h), accompagnés d’un jardinier, ils explorent le sol, les graines et les fleurs, avant de passer aux travaux pratiques ! Chaque apprenti jardinier prépare alors sa propre composition, avec des variétés étonnantes comme le tagète ou l’ipomée. Instructif.

La Nurserie des Grands Voisins : 82, av. Denfert-Rochereau, 75014 Paris ; www.pepinsproduction.fr. Atelier adulte/enfant (5+, 2 compositions = 30€) : résa sur www.yeswegreen.org.       

 
Pépinières de quartier ?
Le but de Pépins Production ? Revégétaliser la ville ! Et cela commence par faire pousser des plants qui approvisionneront ensuite écoles, balconnières, jardins partagés et paysagistes urbains. Avec ses 3 pépinières de quartier cultivées avec les habitants, l’association ravive ainsi le savoir des anciens et fertilise les esprits créatifs. Guettez leurs ateliers sur leur site !
www.pepinsproduction.fr

 

La Prairie de Bobigny

Connaissez-vous la « Ferme écologique et éphémère » ? Ce concept, développé par La SAUGE (association qui gérait l’ancien potager de Ground Control, dans le 18e, à Paris), se déplace de friches urbaines en sites inoccupés. Poulailler géant, ruches, potager, houblonnière, herbier médicinal, restaurant autoalimenté…la Ferme a pris ses 1ers quartiers (de mai à octobre) sur un terrain de 5 000 m2 à Bobigny. Chaque WE, de nombreux événements sont organisés pour les adultes comme pour les enfants (ateliers, cours de jardinage, concerts, fabrication de jardinière, pièces de théâtre, brunchs, marchés de l’agriculture urbaine…). Bonnes vacances !
La Prairie du Canal : 55, rue de Paris, 93000 Bobigny. Ouvert au public chaque WE, de 11h au coucher du soleil. Tél. : 06 69 21 60 47 ; www.canalprairie.fr. Du 20 mai au 9 oct. 

 

Le paradis végétal des Grands Voisins 

Au cœur des Grands Voisins, Caroline Ciepielwski, alias Mama Petula, a posé ses pots et son terreau et créé son atelier dans l’ancien laboratoire d’anatomie pathologique. Une maisonnette au charme désuet, qu’elle a retapée avec talent et qu’elle loue occasionnellement pour des shootings photo (Zara, Marie-Claire, Elle Déco…).

Décoratrice végétale, elle s’est spécialisée dans le jardinage d’intérieur et la scénographie de plantes. Installations pérennes comme dans les boutiques Marie Sixtine, mise en scène éphémère à l’instar de sa collaboration avec la marque Sézane, soin des plantes lors de ses tournées d’entretien chez ses clients, vente de plantes dans son corner au magasin-coffee shop bio « Welcome Bazar Bio »… Caroline ne chôme pas !

Le week-end, elle trouve encore le temps d’ouvrir son laboratoire végétal au public, pour vendre boutures et plantes, offrir ses conseils pour soigner les plantes malades et organiser des ateliers pour les enfants. Pendant une petite heure, le samedi matin à 10h30, elle reçoit les 3-5 ans (6 enfants maxi) et leur enseigne les gestes de base comme apprendre à diviser une plante avant d’imaginer avec eux des créations végétales, qu’ils remporteront à la maison. Vite, réservez avant que le site ne soit réaménagé…

Mama Petula : Les Grands Voisins, 82, av. Denfert-Rochereau, 75014 Paris. Ouv. sam. et dim. de 14 à 19h ; www.mamapetula.com. Atelier : 15€/enfant. Résa sur place ou par mail (ateliermamapetula@gmail.com). « Welcome Bazar Bio » : 13, rue Boulle, 75011 Paris. Tél. : 09 83 07 22 59. Ouv. du lun. au sam., de 11h à 20h.

  

 

GAUFRES AUX FLEURS

Marie Chioca

Photographe et « créatrice de cuisine bio gourmande », Marie Chioca est passionnée de cuisine saine depuis qu’elle a 13 ans !

Niçoise d’origine, elle part vivre à la campagne pour réaliser son rêve : vivre proche de la nature, entourée d’enfants. Aujourd’hui maman de 6 enfants (de 6 à 18 ans), elle habite en Isère (à Chasselay), et, tel Shiva et ses 4 bras, trouve le temps d’« alimenter » son blog « Saines Gourmandises » – une référence sur le Net, avec près de 300 recettes à disposition – de publier moult livres de cuisine à un rythme de 3 par an (32 à ce jour !), de peindre, de cultiver son potager, de coudre, de s’occuper de ses poules, de nourrir au biberon ses chevreaux, sans oublier de s’occuper de sa nombreuse marmaille !

Qui a dit que l’on s’ennuyait à la campagne ?

www.saines-gourmandises.fr

 

Des fleurs en dessert
Voici l’une de ses recettes – tirée de son livre Je cuisine bio avec les enfants –, idéale pour emmener vos enfants courir dans les champs à la recherche de jolies fleurs comestibles* : les préférées des abeilles aux doux parfums (acacia, rose, néroli, coquelicot, trèfle rose, fleurs de courgette, violette…), celles qui sont très jolies mais dont la saveur se fait plutôt discrète (campanule, silène enflé, bourrache, pétales de pâquerette, mauve, fleurs de pommier…) et celles qui recèlent une légère amertume ou un parfum un peu piquant (pissenlit, chicorée sauvage, capucine…).

 

Gaufres aux fleurs

Ingrédients

(pour 24 à 40 gaufres, selon la taille)
Un gaufrier
30 g de pétales de fleurs comestibles et non traitées, de saveur douce, sans feuilles ni pétioles

250 g de farine T110 de grand épeautre ou de blé

½ sachet de poudre à lever

35 cl de lait de soja à la vanille

2 œufs

2 c. à s. d’eau de fleur d’oranger

2 c. à soupe de miel d’acacia

5 cl d’huile végétale neutre (pépins de raisin ou tournesol)

1 pincée de sel

Sucre glace ou miel

 

Mode d’emploi

  1. Mélanger la farine et le sel ; faire un puits. Y verser les œufs, le miel, l’eau de fleur d’oranger, l’huile et le lait de soja. Bien fouetter, en ajoutant la farine petit à petit, pour mélanger sans faire de grumeaux.
  2. Ajouter les pétales de fleurs, mélanger de nouveau, laisser reposer 1h au frais.
  3. Verser une petite louchée de pâte dans le gaufrier préalablement bien huilé et préchauffé, puis faire cuire le temps indiqué (qui dépend des gaufriers, de leur forme, du matériau, etc.).
  4. Servir avec un voile de sucre glace ou une lichette de miel, car la pâte en elle-même n’est pas très sucrée (afin qu’elle n’attache pas au gaufrier).

 

Le livre

Dans ce petit manuel à destination des parents qui voudraient enseigner la cuisine à leurs enfants, Marie a imaginé 55 recettes salées ou sucrées. À base d’ingrédients naturels, elles se décomposent en trois tranches d’âge : pour les 4-7 ans, les 8-11 ans et les 12-18 ans. Les explications sont très détaillées et les photos de ses enfants et amis faites « maison », joyeusement vivantes. Échangez les rôles et mettez vos enfants aux fourneaux : Parfait pour se reposer cet été : !

« Je cuisine bio avec les enfants », de Marie Chioca. Éd. Terre Vivante, 14 €.

 

 

* Attention de bien expliquer aux enfants qu’il ne faut jamais manger une fleur que l’on ne connaît pas, car certaines d’entre elles sont vraiment très dangereuses !

A LA BELLE ETOILE

Patrick Luneau

Passionné, Patrick Luneau est à la fois cinéaste animalier, guide nature – il a notamment travaillé pour l’association Moissons Nouvelles, où il se servait de la nature pour aider les enfants en difficulté –, professeur – il enseigne son art à l’université de Poitiers – et auteur de livres pour enfants ! Initié par un grand-père garde-chasse, il a eu l’occasion, durant 20 ans, d’imaginer et de tester des centaines d’activités avec les enfants. Dans son livre La nature en famille en été il nous confie ses meilleures idées, dont celle-ci, toute simple et pourtant trop souvent oubliée.

 

Cosmos
Le confort sans cesse amélioré des maisons modernes a bien failli nous faire oublier l’émerveillement d’une nuit passée à la belle étoile… L’occasion d’apercevoir de nombreux animaux nocturnes (hérisson, chouette, chauve-souris et autres petits rongeurs) avec, en toile de fond, la beauté du firmament. Rattrapez-vous dès ce soir (et pensez, en amont, à les emmener dans un planétarium pour les initier à la cartographie du ciel) !

 

Encadré : Confidence
Patrick et sa femme Sylvie tiennent une maison d’hôtes en Brenne, dans l’Indre : une belle idée de week-end – avec la formule « chambre + sortie nature » – pour découvrir le parc naturel régional de la Brenne, accompagnés par un guide hors pair !

Les Loges de Cousin Nord (36290 Mézières-en-Brenne) : 02 54 38 16 03. Résa obligatoire car 1 seule chambre (lit double + lit d’appoint) !

 

Encadré : SON LIVRE
Après une première partie de conseils (la météo, la sécurité, le matériel, sous la pluie…), Patrick propose 20 activités spécifiquement destinées aux tout-petits, que l’on peut faire n’importe où… puis 81 autres activités pour les 5 à 12 ans, regroupées selon les milieux : en ville, au jardin, au bord d’une rivière, à la campagne, en montagne ou sur le littoral. Au total : 101 activités créatives et ludiques !
« La nature en famille en été », éd. La Salamandre, 14,95 €.

 

Matériel
Un vieux matelas ou un tapis de sol

Une couverture ou un sac de couchage
Une lampe
Des jumelles
De l’antimoustiques

 

Explications

  1. En journée, testez l’endroit et le matériel. Assurez-vous que, la nuit venue, vous serez confortablement installés. Choisissez un endroit plat et pensez à vous éloigner des lumières parasites. Si la météo annonce une amplitude thermique importante entre la nuit et le matin, prévoyez une couverture de survie ou une petite bâche à poser sur les couvertures, qui retiendra la rosée au lever du soleil.
  2. Le soir, une fois installés, ouvrez grand vos yeux, vos oreilles et vos narines… Les chauves-souris ne vont pas tarder à sortir. Le hérisson passera peut-être dans le secteur ou bien c’est la chouette qui chantera. Où est la Grande Ourse ? C’est le renard que l’on entend ?
  3. À la lueur de votre lampe, notez chronologiquement ce que vous avez vu et entendu et enregistrez avec un smartphone les sons de la nuit.
  4. Et si, au milieu de la nuit, vous avez vraiment trop froid, on ne vous en voudra pas de retourner fissa dans votre lit douillet !

DE LA GRAINE… A LA GRAINE

Ghislaine Deniau
« Tant d’enfants ne savent pas comment pousse une carotte, à quoi ressemble une cosse de petits pois ou pourquoi les plantes fleurissent… » C’est en partant de ce constat que Ghislaine Deniau, responsable pédagogique au Centre écologique Terre Vivante* depuis plus de 10 ans, s’est mise à animer des ateliers de jardinage destinés aux plus jeunes. Dans son livre Les enfants ! Vous venez jardiner ?, elle explique comment s’y prendre pour donner aux plus jeunes l’envie de jardiner, que ce soit à la campagne ou en ville.
Voici l’une de ses très bonnes idées, à la fois ludique et pédagogique !

 

De la graine… à la graine

Les enfants ont l’habitude de donner de la salade aux lapins ou de la retrouver en vinaigrette dans leur assiette… Or, comme pour toute plante, l’objectif de la salade n’est pas d’être mangée mais de pérenniser son espèce, en fleurissant, puis en produisant des graines ! Voici une expérience amusante qui permettra aux apprentis jardiniers de prendre conscience de ce cycle naturel…

 

Matériel

  • Graines de laitue (ou de chicorée aux belles feuilles bleues)
  • 5 pots (minimum 15 cm de largeur et de hauteur)
  • Terreau de rempotage
  • 1 grand dessous de pot horizontal

Mode d’emploi

  1. Demandez à vos enfants de remplir l’un des pots de terreau de rempotage avant d’y semer quelques graines de salade. Plantez-y une étiquette indiquant la date du semis, puis numérotez le pot. Celui-ci sera le pot n° 1. Arrosez.
  2. Quinze jours plus tard, ne conservez qu’un seul plant de salade parmi ceux qui ont levé, puis demandez-leur de semer à nouveau quelques graines dans un autre pot (pot n° 2). Et ainsi de suite jusqu’à avoir semé dans les 5 pots. Arrosez régulièrement.
  3. Ne récoltez surtout pas les salades, mais observez leur évolution et continuez d’arroser. Au bout de 2 à 3 mois, elles fleuriront les unes après les autres, puis monteront en graine. Une fois que la plante sera sèche, récoltez quelques graines pour les observer et les comparer avec celles qui ont été semées. Tiens, mais est-ce que ce ne serait pas les mêmes ?

 

Le livre

Dans son livre, Ghislaine explique comment donner aux kids le goût du jardinage. Son expérience d’animatrice jardin avec de nombreux enfants venus au Centre Terre Vivante, ainsi que sa pratique de maman, lui a permis d’observer ce qui fonctionnait, de cerner quelles pouvaient être les difficultés et d’imaginer différentes astuces pour que les loupiots gardent leur enthousiasme. Une vraie mine d’or.
« Les enfants ! Vous venez jardiner ? », de Ghislaine Deniau. Éd. Terre Vivante, 14 €.

 

 

* Terre Vivante est une maison d’édition d’ouvrages de jardinage bio, d’alimentation saine et d’écologie et aussi l’éditeur de la revue « Les 4 Saisons du jardin bio ». C’est également un Centre de formation et d’apprentissages, en sud-Isère, qui accueille le public et propose ateliers, stages et formations.
www.terrevivante.org

 

TABLE D’OBSERVATION

Émilie Lagoeyte
Cabanes, herbiers, élevages improbables… Enfant, Émilie Lagoeyte parcourait la campagne à l’affût du monde sauvage et imaginait 1 000 expériences ! Devenue animatrice nature et maîtresse d’école dans la vallée de la Drôme, elle s’est passionnée pour la manière dont reconnecter ses petits élèves à la nature. Elle a alors expérimenté toutes sortes d’approches qui lui ont permis de comprendre les quelques principes à respecter.
Voici l’une de ses bottes secrètes : la table d’observation de la nature.
eveil-et-nature.com

 

La table d’observation de la nature
Inspirée de la pédagogie Montessori, cette table permet à l’enfant de manipuler, de décortiquer, d’observer, d’expérimenter… et de collectionner à sa guise des « objets » naturels. Le mieux est de l’installer là où l’enfant a l’habitude de jouer, près d’une fenêtre (pour la lumière naturelle) et dans un lieu calme (loin de la télé, par exemple !).

 

Matériel
Prenez une petite table et disposez dessus toutes sortes de contenants : corbeilles, bocaux en verre, petits pots, bols, boîtes… Vous pouvez installer une petite étagère, des caisses au sol, des tiroirs… bref, n’hésitez pas à vous étaler si vous avez de la place !

Ajoutez ensuite des instruments : différentes pinces (pince à épiler, pince à escargot, pince à toast…), un compte-gouttes, une seringue (sans aiguille !), des cuillères, une loupe, un vaporisateur, un microscope… et un bac à sable miniature.

Et enfin glanez ensemble toutes sortes d’éléments naturels, que vous renouvellerez au gré de vos collectes et des saisons : pommes de pin, noix, glands (vigilance avec les petits éléments que vos bambins pourraient avaler !), plumes, jolis cailloux, nids d’oiseaux, fossiles, cocons, cônes de conifères rongés par un écureuil, pelotes de réjection…

 

Idées

Laissez ensuite votre enfant s’activer à sa guise et, si besoin, donnez-lui des idées :

  • Retirer un à un les pétales d’une pâquerette avec une petite pince,
  • transvider des noix entre 2 récipients avec une pince à escargot,
  • retirer les graines d’une pomme de pin avec une pince à épiler,
  • former un mandala avec des pétales, des cupules de glands ou de jolies graines,
  • examiner au microscope des cellules végétales,
  • créer un herbier…

La Mallette Nature
Kit pour fabriquer un Empreintoscope, clé simplifiée de détermination des empreintes, mode d’emploi d’une chasse aux trésors nature à faire dans un parc ou dans un bois, tuto pour fabriquer un nichoir… Émilie est généreuse ! Avec sa « Mallette Nature » à télécharger gratuitement sur son site (déjà plus de 12 000 téléchargements !), découvrez 64 activités à faire avec vos enfants.
eveil-et-nature.com

 

 

Devenir « Passeur de Nature »
Pour ceux qui souhaiteraient pousser plus loin (instituteurs, parents, grands-parents, animateurs…), Émilie et son acolyte Valentine ont mis en place une formation en ligne intitulée « Passeur de Nature », à base de vidéos à la fois rigolotes et extrêmement bien réalisées. Les sessions (1 an) débutent, au choix, en septembre ou en avril et sont rythmées à raison d’un nouveau projet toutes les 3 semaines (comprenant chacun de 5 à 10 activités). Idéal pour apprendre comment animer des activités nature à l’attention des 3-12 ans, en classe, à la maison, chez papi et mamie ou dans les centres aérés…

Coût d’une session : 300 € ; www.passeur-de-nature.com.

 

 

Merci à Eve Herrmann du blog Liv & Emy’s Diary, le journal de ses petites filles libres d’école, pour ses jolies photos (www.eveherrmann.com).

POTAGER EN KIT

Vous aimeriez vous lancer dans un mini-potager avec vos enfants mais vous n’avez aucune idée par où commencer ? Testez le concept des Petits Radis !

Vous recevrez, chaque mois, le « Kitkipouss ».

Des plants et des graines à jardiner au bon moment avec vos enfants !
lespetitsradis.fr

 

QUI ?
On doit cette géniale idée à Arnaud Lemay et Karina Delpierre – tous deux salariés chez Leroy Merlin et ADEO –, qui ont saisi l’occasion de faire germer leur concept quand l’entreprise de bricolage a souhaité encourager l’intrapreneuriat (la possibilité, en proposant un projet solide, d’être détaché pour mener à bien sa start-up et de bénéficier d’une aide financière). Premiers « cobayes » à tester ce processus innovant, Arnaud (à plein temps) et Karina (à mi-temps) sont un bel exemple à suivre !

POURQUOI ?
Tous les deux sont des amoureux de la nature. Arnaud, pour habiter à la campagne, pratiquer assidûment le jardinage (notamment avec sa fille, Clémence, 3 ans et des pâquerettes) et être chef de secteur jardin. Karina, pour travailler au service du développement durable et s’inspirer du mouvement Colibris, fondé par Pierre Rabhi et Cyril Dion.

Tous les deux ont cherché une idée pour reconnecter les enfants à la nature. Et donner des moyens simples et ludiques aux parents pour qu’ils puissent jardiner avec leurs enfants leur a semblé essentiel !

QUOI ?

Moyennant 10,90 € par mois (hors frais de livraison), vos enfants reçoivent dans leur box un kit mensuel comprenant des graines et/ou des plants issus de l’agriculture raisonnée (Enrico le haricot, Lise la tomate cerise, Manue la laitue, Régine la capucine…), des fiches ludiques et pédagogiques, 2 pics-étiquettes et… une petite surprise (une fois un petit nain de jardin, une autre, une bombe à graines de fleurs…) ! Il ne vous reste plus qu’à acheter un gros sac de terreau (choisir du terreau universel utilisable en agriculture biologique) et des pots si vous êtes en ville.

VILLE, OU CAMPAGNE ?
Pour être sûr que leur box ne se transforme pas en fausse bonne idée, Karina (qui habite en ville) teste tout sur son balcon et Arnaud dans son jardin. Citadins ou campagnards, pas de favoritisme : tous les enfants peuvent se transformer en apprentis jardiniers ! Pratique et vivant, le site propose des tutoriels en vidéo pour savoir comment s’y prendre ainsi que des témoignages de jardiniers en culottes courtes, ravis de mettre les mains dans la terre !

 

 

 

REFLEXES SIMPLES POUR RECONNECTER NOS ENFANTS A LA NATURE

  • « Dehors ! »
    Sortez vos enfants ! La bonne vieille balade du dimanche – à pied ou à vélo, au parc ou en forêt, sous le soleil ou sous la pluie –, qui nous faisait tant râler enfant, a bien des vertus : les enfants se défoulent, les adultes s’apaisent, et chacun fait le plein d’énergie. Et ne vous laissez pas décourager si vos enfants ronchonnent : ce seront les derniers à vouloir rentrer ! Surtout, réfrénez vos réflexes de parents surprotecteurs et laissez vos enfants sauter dans les flaques d’eau, mettre les mains dans la terre, se rouler dans les feuilles, danser sous la pluie, grimper aux arbres, marcher pieds nus dans l’herbe… C’est bénéfique pour leur santé et bon pour leur joie de vivre !
  • Jardins merveilleux
    Le week-end, quand vous voyagez, ou lors des « Rendez-vous aux jardins » qui ont lieu chaque année en juin, emmenez vos enfants visiter des jardins merveilleux : la France est mondialement réputée pour ses parcs botaniques et ses potagers gourmands. De très belles surprises en perspective !

  • « Fête de la Nature »
    Chaque année, au mois de mai, a lieu dans toute la France la « Fête de la Nature » : 5 jours de manifestations gratuites où se multiplient les activités nature, souvent encadrées par des guides naturalistes. Cueillettes gourmandes, observation de la faune, initiation aux chants des oiseaux, rencontre avec des papillons, chasse aux empreintes animales, balades-jeux… Vous serez surpris du nombre de possibilités à deux pas de chez vous : autant d’idées à réitérer le reste de l’année !

    • « Fête de la Nature » : fetedelanature.com. Du 17 au 20 mai 2017.
    • Pendant le reste de l’année, devenez membre de la Fédération des clubs Connaître et Protéger la Nature (FCPN), partenaire de l’opération : www.fcpn.org.
  • Cosmos
    Profitez des « Nuits des étoiles », manifestation gratuite organisée chaque année en été, pour vous initier en famille à l’astronomie, grâce à de nombreux clubs d’astronomes amateurs qui proposent plusieurs centaines d’animations gratuites. Des moments forts qui resteront gravés dans leur mémoire.

  • Sorties guidées
    Si vous en avez l’occasion, à côté de chez vous, en forêt, à la montagne (à pieds l’été, en raquettes l’hiver) ou même en ville, organisez une sortie avec un guide naturaliste habitué au jeune public. Souvent passionnants, ils ont l’art d’intéresser vos enfants à la faune et à la flore avec leurs anecdotes fascinantes…
  • Parcs et réserves ornithologiques
    Nous avons de la chance : la France fait partie des meilleurs sites au monde pour observer les oiseaux ! Parc du Marquenterre (baie de Somme), parc ornithologique du Teich (bassin d’Arcachon), parc du Pont de Gau (Camargue), réserve naturelle des Sept-Îles (au large de Perros-Guirec)… Vérifiez pendant vos vacances s’il n’y a pas autour de vous un parc ornithologique où observer les oiseaux dans leur milieu naturel. Souvent équipées de postes d’observation d’où les enfants s’amusent à dénicher les volatiles dans la végétation, à reconnaître les oiseaux migrateurs et à s’initier à l’emploi de jumelles, ces réserves sont parfaites pour les enfants qui s’y sentent comme chez eux !
  • Bouquets
    L’été, organisez des « rando-bouquets » : équipez-vous d’un sécateur et, avec parcimonie, amusez-vous à cueillir des fleurs dans les champs, au bord des routes, le long des cultures de céréales, dans les sous-bois… Ces bouquets sauvages qui ont souvent un charme fou apprendront à vos enfants à observer les fleurs et à découvrir des tas de petites bêtes !

 

8 raisons d’emmener vos enfants dans la nature

  1. La nature stimule leur activité physique (courir, sauter, grimper aux arbres, faire des parties de cache-cache…).
  2. Les reconnecte au réel (ramasser des marrons, observer les fourmis, construire une cabane…).
  3. Développe leurs sens (écouter le vent, sentir la pluie, la chaleur du soleil, les orties qui piquent, toucher la mousse humide…).
  4. Suscite des émotions mémorables (quel adulte n’a pas en souvenir un moment magique lié à la nature ?).
  5. Crée une empathie pour le vivant (les insectes, oiseaux, arbres, fleurs, animaux…).
  6. Aère leurs poumons et leur esprit (respirer, souffler, déstresser…).
  7. Renforce leurs défenses immunitaires.
  8. Et, cerise sur le gâteau, c’est gratuit !

 

 

 

POURQUOI LA NATURE EST ESSENTIELLE A NOS ENFANTS ?

Le « symptôme de déficit de nature »*
Tout un courant de pensée est en train d’émerger, notamment en Amérique du Nord et dans les pays scandinaves, porté par des psychologues, des scientifiques, des médecins, qui  plaident pour reconnecter urgemment nos enfants à Dame Nature. Pourquoi ? Parce qu’à force de rester éloigné de la nature, le risque est que nos enfants développent ce que le journaliste américain Richard Louv a appelé, dans une longue enquête – parue en livre vendu à plus d’un million d’exemplaires**—, le « symptôme de déficit de nature » (Nature Deficit Disorder, ou NDD).

Ce symptôme participerait en effet à nombre de maladies et troubles comportementaux actuels : obésité, hyperactivité, déficit de l’attention, troubles du comportement, repli sur soi, stress, diabète, myopie…

En cause : notre mode de vie de plus en plus urbanisé (plus des ¾ de la population française vit en zone urbaine). Nous passons ainsi 80 % de notre temps dans des bâtiments ou dans nos véhicules ! Et l’usage excessif des écrans : de 8 à 18 ans, nos enfants consacrent près de 4h30 par jour aux écrans.

 

Nos amis les microbes
Contrairement à ce que l’on pourrait penser, de nombreuses recherches démontrent que mettre les enfants en contact avec de la terre, des feuilles mortes, de la boue, etc. (et donc avec les micro-organismes présents dans la nature) – les « microbes », en langage courant – participe grandement au développement de leur système immunitaire. En étant exposé régulièrement aux microbes, leur système apprend, petit à petit, à les reconnaître et à y répondre spécifiquement. On parle de « mémoire immunitaire »***.

 

Des études récentes tendraient même à démontrer que les environnements aseptisés des pays développés, comprenant peu de microbes, seraient responsables de l’augmentation de plusieurs pathologies comme les allergies, l’asthme, les maladies de peau…

 

Le discours n’est pas récent. Dans les années 80, l’épidémiologiste britannique David Strachan développait la « théorie hygiéniste », soutenant que moins il y a de microbes, plus les risques d’allergies et d’asthme sont élevés. Une théorie de plus en plus reprise par le monde médical, et notamment par Maya Shetreat-Klein, pédiatre et neurologue américaine, qui explique dans son livre The Dirt Cure (« Bain de saleté », en français) à quel point laisser ses enfants se salir est bénéfique pour leur santé mais également pour le développement de leurs capacités cognitives, car ces minuscules microbes pourraient même nous aider à penser !

 

Des solutions simples
Sans aller jusqu’à élever ses enfants au milieu de la forêt sauvage, à l’instar de Ben, père célibataire de 6 enfants surdoués dans le film Captain Fantastic, il suffit d’adopter quelques bons réflexes pour reconnecter nos enfants à la nature. L’idée n’est pas de condamner les écrans, mais de rétablir un équilibre entre « intérieur » et « extérieur », entre les moments passés à la maison et les sorties en milieu naturel. Suivez le guide !

 

* École et Nature, Réseau national d’éducation à l’environnement, a fait un travail remarquable pour compiler toutes les études sorties sur le sujet. Plus d’infos sur www.reseauecoleetnature.org.
** Louv R., Last Child in the Woods: Saving our Children from Nature Deficit Disorder (Le Dernier Enfant dans les bois : sauvons nos enfants du syndrome de manque de nature), 2005.
*** N’hésitez pas à consulter le blog, très bien documenté sur le sujet, de Guillaume, papa de 2 enfants et ingénieur spécialiste de l’évaluation des risques sanitaires :
sante-enfants-environnement.com.

 

 

LA NATURE, JE LA PROTEGE !

Imaginée par des surfeurs californiens, l’ONG Surfrider Foundation a réussi le pari de motiver adultes et enfants à nettoyer bénévolement des centaines de plages à travers le monde ! Pourquoi pas vous ?

 

Opération plages propres

Dénommée « Initiatives Océanes », cette mobilisation – imaginée à l’origine par l’antenne française de Surfrider et désormais exportée dans près de 40 pays dans le monde – remporte un franc succès. Écoles, particuliers, familles, associations, clubs sportifs, entreprises… on compte, chaque année, près de 35 000 participants à travers le monde, dont près d’un tiers d’enfants !

Ils sont en effet au premier rang : l’association a élaboré des outils pédagogiques et visuels – qui expliquent l’origine de la pollution, l’impact sur l’environnement ainsi que les solutions qui existent –, à utiliser le jour de la collecte. Nombre d’instituteurs organisent ainsi des collectes en les intégrant dans le programme scolaire consacré au développement durable.

 

Comment participer ?
Rien de plus simple ! Tout a été pensé pour que chacun puisse s’emparer du concept, en toute autonomie.

Vous préférez rallier une collecte ? Le site Initiatives Océanes – qui dresse une carte interactive de tous les nettoyages à venir – vous communique les coordonnées de la personne en charge.

Vous souhaitez organiser vous-même un nettoyage ? Il suffit, 3 semaines avant la collecte, de s’inscrire en ligne, de télécharger le « Guide de l’organisateur » et de commander le « Kit de l’organisateur » (qui comprend une banderole pédagogique, des sacs-poubelles, des affiches, des cartes postales, une gourde…).

www.initiativesoceanes.org

 

À vous de jouer !

En famille ou avec des amis, avec votre classe ou votre colo, pendant les vacances ou le temps d’un week-end, sur la plage ou le long d’une rivière, que vous soyez 3 ou 300, chacun peut s’impliquer à son échelle. Loin d’être effrayés par les déchets, les enfants n’hésitent pas à jouer le jeu et posent mille et une questions ! Une formidable opportunité, à la fois curative et pédagogique, pour leur montrer qu’agir est à portée de leurs petites mains.

 

La planète Surfrider

1984 : Malibu, Californie. Confrontés, au quotidien, à la pollution des plages, une poignée de surfer décident d’agir. L’association Surfrider voit le jour. Son credo : « La défense, la sauvegarde, la mise en valeur et la gestion durable de l’océan, du littoral, des vagues et de la population qui en jouit. » Aujourd’hui, ce sont 1 700 bénévoles, 10 500 adhérents, une trentaine d’antennes locales et plus de 120 000 sympathisants !

 

Un Campus pour le public

Tout comme Surfrider, Okaïdi partage cette volonté de donner l’occasion aux enfants de se rendre acteurs des changements de demain. La marque soutient par des dons financiers les Initiatives Océanes, mais également le Campus de l’association, situé à Biarritz. Ce centre d’éducation au développement durable, destiné avant tout aux enfants (de la primaire au lycée), propose une exposition ludo-pédagogique interactive dans des modules en bois (fabriqués avec les pins de la tempête Klaus de 2009 !) ainsi qu’un espace consacré à l’art (en lien avec les thèmes de l’association) et des activités pratiques. Un endroit à découvrir en famille cet été !

Surfrider Campus : 33, allée du Moura, 64200 Biarritz. Tél. : 05 59 01 61 50 ; www.surfrider.eu. Ouvert toute l’année, du lundi au vendredi.

 

Tous ensemble !

Partagez sur Instagram vos petites révolutions à vous pour sauvegarder la planète (#bubbleyou).

 

UNE ECOLE AU MILIEU DES CHAMPS

Dans cette jolie petite école perdue en pleine campagne drômoise, la maîtresse, c’est la nature.
À Caminando, les programmes officiels de l’Éducation nationale sont respectés, mais les processus d’apprentissage – inspirés des règles du vivant – sont spécifiques : la pédagogie, qui accorde une place prédominante à l’environnement, s’attache à donner du sens aux enseignements
en les rendant plus concrets. Suivez le guide !

 

Si vous demandez à Muriel Fifils, la directrice, quelle importance tient la nature dans l’école, la réponse fuse : « Elle est au cœur de tout. De notre vision, de notre pédagogie, de notre emploi du temps. » Car selon les fondateurs de Caminando, les règles du vivant montrent le chemin pour préparer au mieux nos enfants à demain. En renouant un lien fort avec leur environnement naturel et en l’expérimentant avec leurs sens, les enfants assimilent les notions fondamentales du mieux-vivre ensemble qu’implique la nature : les alliances, le don, la mémoire et l’émergence. Comment ? Les enfants découvrent la nécessité de coopérer, remarquent que la nature nous donne l’essentiel pour vivre, comprennent que chaque élément porte en lui l’information de ce qu’il est (en voyant notamment une graine devenir plante) et apprennent l’importance d’accueillir ce qui arrive (la météo, par exemple). Petit à petit, ils intègrent cette vérité fondamentale que nous faisons partie d’un système en perpétuelle évolution, qui influence chaque acteur et en est influencé en retour.

 

La nature au quotidien

L’école se situant en pleine nature, les enfants y sont plongés toute l’année. La cour de récréation est un jardin avec une mare ; les séances de sports se font dans les collines et rivières alentour ; le potager est collectif et les enfants, dans le cadre de projets en sciences participatives, consacrent une partie de leur temps à l’observation en extérieur.

 

L’exemple du potager

Toute l’année, les enfants travaillent au potager selon les principes de la permaculture : ils sèment, entretiennent puis cueillent, et parfois transforment et goûtent leurs récoltes. Ce faisant, ils expérimentent les cycles et les lois de la nature et comprennent l’importance de les suivre : un élève qui oublie d’arroser ses plantations verra inévitablement sa production dépérir. Ainsi, par feed back naturel, l’enfant intègre le respect du cadre.

 

Le travail de la terre est aussi l’occasion de développer des apprentissages manuels et intellectuels : porter les seaux, les peser, classer les légumes et les insectes par familles, imaginer la structure du potager, rédiger la Charte du jardin entraînent le développement de compétences en géométrie, écriture, dessin, biologie… De la même manière, observer les bourgeons et les oiseaux lors du projet de sciences participatives fait appel à toutes les matières des programmes officiels !

 

L’organisation de la classe

La vie de l’école suit les principes naturels de coopération : la gouvernance est partagée et chacun tient un rôle essentiel dans le fonctionnement du groupe. Les règles de vie sont écrites ensemble, en début d’année. Le lundi, la semaine commence par les « Notícias », inspirées des « Quoi de neuf ? » de Freinet, lors desquelles chaque enfant partage ses expériences en dehors de la classe, afin de faire le lien avec l’extérieur. Le mardi débute avec un atelier philosophie. Enfin, le vendredi se tient le « Conseil du vivre-ensemble », où les élèves reviennent sur la semaine passée et sur l’organisation du groupe.

 

Chaque enfant a un rôle spécifique : gardien du temps, responsable des relations avec l’extérieur, consulat de la paix, coordinateur, etc et tous participent activement à la pause déjeuner : ils mettent la table, débarrassent et nettoient. Ce fonctionnement, systémique et démocratique, favorise la responsabilité, l’ouverture aux autres et le bonheur de se sentir utile.

 

Les rythmes biologiques

L’emploi du temps prend en compte le rythme biologique des enfants. Les « apprentissages fondamentaux » (mathématiques et français) se font en matinée – moment de la journée où la concentration est la plus forte – ; le temps qui suit le déjeuner est réservé à des activités simples et sensorielles, car l’énergie du corps est focalisée sur la digestion et les enfants s’engageraient difficilement dans des activités physiques ou intellectuelles ;  la dernière partie de la journée est réservée à toutes les matières de découverte du monde.

 

 

Les bénéfices

Le lien avec la nature apporte un apaisement et une joie qui se vérifient à chaque instant. Les parents témoignent de la transformation qui s’opère chez leurs enfants : ils les sentent plus détendus et plus ouverts. Un couple raconte ainsi que leur fils disait enfin « bonjour » aux adultes ; un autre, que leur fille riait de nouveau. Certains élèves, qui seraient étiquetés comme « hyperactifs » dans d’autres écoles, sont calmes et concentrés lorsqu’ils sont dehors, au contact des végétaux et des animaux.

Une anecdote est particulièrement parlante : lrs d’un rassemblement avec d’autres écoles de la région, les élèves de Caminando furent surpris du comportement des autres enfants : « Muriel, pourquoi hurlent-ils autant ? Pourquoi est-ce qu’ils ne déjeunent pas tous ensemble ? » Ou quand le « bien-vivre ensemble » devient… naturel !

 

Le lieu

L’école est située dans une bâtisse du XVe siècle dans la Drôme, entourée de grandes parcelles de cultures et l’accès se fait par un chemin de terre ! Dans le jardin : un potager, une serre et une mare. De véritables lieux d’expérimentation pour les activités récréatives et pédagogiques !

 

Histoire

L’école Caminando a ouvert ses portes en septembre 2013, avec une seule classe composée de trois niveaux (du CP au CE2). Depuis la rentrée 2015, elle couvre les 5 niveaux du primaire et accueille 19 enfants, issus de divers milieux et de différentes nationalités. Laïque, privée, hors contrat, elle est gérée par l’École de la Nature et des Savoirs, une association qui se donne pour but « d’identifier et de partager des connaissances essentielles pour que demain existe ».

 

Tarifs

Il faut compter 180 € par mois pour participer aux charges courantes : location du château, chauffage, etc. Pour les personnes ayant des difficultés à régler cette somme, un fonds de dotation s’est mis en place. Le reste des coûts est financé par des subventions de fondations privées ou d’entreprises et par des dons provenant de particuliers.

www.ecolenaturesavoirs.com.

 

DES CRECHES TRES NATURES…

Ecolo Crèche, association militante et ultra-dynamique, s’est donnée pour mission de faire du développement durable un incontournable dans le monde de la petite enfance. Depuis 2013, elle propose le 1er label écologique – reconnu par l’ADEME et la CAF. Quelque 250 crèches se sont ainsi engagées ! L’un des effets bénéfiques de ce mouvement qui prend de plus en plus d’ampleur : avoir reconnecté les enfants à la nature. Interview de la fondatrice, Claire Grolleau-Escriva.

 

Qu’est-ce qui vous a donné l’idée de créer Ecolo crèche ?

Lorsque j’ai eu mon premier enfant (qui va avoir 18 ans !), il a été fondamental pour moi de le mettre en contact avec la nature. Les autres parents ne voyaient pas toujours les choses ainsi, par peur de la « saleté », de la terre, des insectes… Or, étant de formation scientifique (biochimiste et écotoxicologue) et donc sensible aux divers polluants, je peux vous assurer que le plus polluant n’est pas celui que l’on croit !

 

Lorsque Pablo a été en âge d’aller à la crèche, j’ai proposé d’animer des ateliers découverte des milieux naturels (la mer, la rivière, la forêt…), des ateliers autour du jardinage et des arts plastiques (façon land art à base de matières naturelles) et des ateliers de récup’. Un vrai challenge, car les éducateurs n’y croyaient pas : « les enfants sont trop jeunes, pas assez attentifs, ils ne vont pas comprendre… ». Au final, cela a été un vrai plaisir partagé et tout le monde était ravi ! J’ai alors développé cette activité dans un grand nombre de crèches. Les professionnels n’ont pas tardé à me demander des conseils sur le choix des matériaux, des aliments, des activités qu’ils pourraient continuer de mettre en place… Le concept Ecolo Crèche venait de germer !

 

Quelle part accordez-vous à la relation des enfants avec la nature dans votre certification ? 

Les crèches sont libres de choisir les actions qu’elles mettront en place parmi 8 thèmes que nous leur proposons (alimentation, bâtiment, activités et jeux, entretien des locaux, déchets, hygiène, énergies, eau) et elles ne manquent pas de créativité ni d’imagination ! Mais il est vrai que, dans les faits, la quasi-totalité des établissements qui s’engagent dans la démarche Ecolo Crèche choisissent d’accroître les activités en lien avec l’environnement. Et grâce à notre pôle de recherche et de développement, nous les accompagnons avec des idées concrètes à mettre en œuvre.

 

Quel genre d’activités organisent-elles ?

On voit beaucoup de jardins de toute taille (même en intérieur, dans des bacs) dans lesquels nous recommandons toujours de garder un coin « gratouille » – il est important en effet de laisser les enfants toucher, s’approprier les éléments, travailler à leur façon, même s’ils n’ont pas toujours la motricité fine ad hoc pour ne pas écraser, abîmer…

 

Certaines crèches décident de favoriser la colonisation du jardin ou de la cour par les animaux et fabriquent des nichoirs, nourrissent les oiseaux, installent des mares ou des abris à insectes.

 

De nombreuses crèches ont également mis en place des parcours sensoriels, utilisent des pâtes à modeler et des peintures à base de matériaux naturels, organisent des ateliers créatifs à base de produits de récupération (emballages, etc.) mais aussi de récoltes provenant de la nature (feuilles, branches, bois flotté…).

 

Certaines osent les sorties : à la campagne, au parc, à la ferme… C’est plus compliqué à organiser, mais faisable. Il faut en témoigner pour rassurer ceux qui veulent le faire ! Ce sont des moments forts de partage entre enfants et parents accompagnateurs…

 

Autre activité de connexion à la nature que nous oublions souvent : la cuisine. Rien de tel que pétrir du pain pour permettre à un enfant de profiter de ces sensations que seule offre la nature, comme celle de découvrir les herbes aromatiques, les épices…

 

La mise en place d’un compost se développe également. Cela permet aux enfants de manipuler les objets et matières (lors du débarras des assiettes jusque dans le composteur…) et une bonne occasion d’observer une micro-faune incroyable. C’est bien connu : les tout-petits adorent les petites bêtes qui grouillent…

 

Pourquoi est-ce si important de reconnecter les enfants à la nature ?

Le jeune enfant est par essence un explorateur : il a besoin de sentir, toucher, goûter ce qui l’entoure. Or, instinctivement, la nature est très attirante ! Il est donc essentiel de lui offrir la possibilité concrète d’explorer son environnement naturel, aussi bien végétal qu’animal. Et un enfant connecté à la nature est un enfant épanoui, qui ressentira plus facilement d’où il vient… Ces expériences sensorielles, émotionnelles et psychomotrices favorisent son éveil.

 

La connexion des très jeunes urbains à la nature ont des impacts encore plus forts et plus profonds que je ne l’imaginais. J’avais intuitivement pressenti, puis observé, les effets sur leur développement sensoriel et psychomoteur, sur leur immunité naturelle, sur leur affection développée pour la nature et les animaux, mais j’ai également appris que la connexion à la nature pouvait aussi réduire les risques allergiques tout comme les risques de phobies  participer à l’apprentissage de la propreté et aider à mieux vivre en collectivité… Enfin, d’un point de vue social, l’appréhension de la diversité du vivant est également un atout pour mieux comprendre et respecter les autres individus de son groupe

 

 

Où trouver la liste des Écolo-crèches ?

Toute la liste des Ecolo crèche est disponible sur le site Internet www.ecolo-creche.fr. N’hésitez pas à aller y jeter un œil et à motiver les crèches autour de vous !

 

PETONS

Il aura fallu 120 ans à la marque André pour enfin chausser les enfants. Mais pourquoi tout ce temps ?

Modèle en photo : « Les Cailloux », 55€ ; www.andre.fr.

ANNIVERSAIRE

Prenez 15 enfants, préparez un gâteau et laissez faire N’JOY. Plongés dans des mondes imaginaires, vos enfants se transformeront en savants fous, en experts de la police scientifique, en apprentis de la cuisine moléculaire, voire en mini-paléontologues… Mémorable !

Les anniversaires N’JOY : 12€/enfant pour 1 thème au choix (180€ minimum). Tél. : 03 59 25 00 08 ; www.njoy.fr.

MINI-MAP

Blog-trotteuse notoire, Ingrid officie sur la Toile depuis 2010 avec « Les voyages d’Ingrid », dans le top 10 des meilleurs blogs de voyage ! Sa dernière idée ? Une collection de mini-City guides à colorier avec, à la clé, une carte d’orientation et un guide de 60 adresses singulières. Déjà Paris (en anglais ou en français) et Marseille, et bientôt Londres et New York. Let’s go!

Miniminimap : 7,90€. En vente sur www.lesvoyagesdingrid.com et notamment chez Bonton et Smallable.

FUTURE MAMAN ZEN

Isabelle Corboz et Myriam Gamba, psychothérapeutes formées à la pleine conscience, animent en Suisse, l’atelier « Bien dans votre grossesse ». Face à leur succès, elles ont lancé la 1re appli de méditation à destination des femmes enceintes : des exercices sous forme de sessions audio pour apprendre à se poser et à savourer ce moment éphémère.

Appli « Maternity », disponible sur l’App Store, 5,49€, et Google Play, 4,99€.

COMPRENDRE LA NATURE

Avec de magnifiques schémas explicatifs, ce livre fourni contient de précieuses informations, des jeux, des quiz, mais aussi de nombreuses activités en plein air et des recettes… 100 % naturelles, bien sûr ! Un guide qui ne va pas seulement les instruire, mais qui décuplera leur intérêt pour la nature.
« Le Super Livre de la nature », Collectif. Deux Coqs d’Or, 13,95 €.

 

COLLECTIONNER LES FLEURS

Récolter les fleurs et les conserver, ça ne s’improvise pas ! Avec ce bel herbier, les apprendront à les identifier et à les faire sécher. Les nombreuses illustrations et les informations utiles en font un bel objet personnel, qui retracera les folles aventures de vos loustics dans la nature.
« L’Herbier des fleurs », de Nicole Bustarret, illustré par Laurence Bar. Nathan, 13,90 €.

JARDINER COMME UN GRAND

À travers une trentaine d’activités, les enfants vont pouvoir s’initier à l’essentiel du jardinage en s’amusant. Que ce soit la vie au jardin, le potager, le jardin naturel ou aquatique, ils apprendront comment entretenir fleurs, légumes et plantes au fil des saisons. Le jardin n’aura bientôt plus aucun secret pour lui !
« Le Livre du jardin », de Véronique Pellissier. Fleurus, 12,95 €.

APPRENDRE AUTREMENT

Axé autour de la pédagogie des écoles Steiner-Waldorf, ce cahier d’activités est classé par saisons. Au fil des pages, des activités de formes à dessiner, des jeux de mouvements et de rythmes, des histoires à illustrer… le tout accompagné de dessins poétiques sur la nature pour que les enfants soient plus que jamais enthousiastes à l’idée d’apprendre !
« Mon cahier créatif inspiré par la pédagogie Waldorf-Steiner », d’Isabelle Huiban, illustré par Mizuho Fujisawa. Nathan, 13,90 €.

 

DÉCOUVRIR LES OISEAUX EN S’AMUSANT

Évolutif et pratique, ce coffret ingénieux permet aux enfants de devenir de petits experts en ornithologie. À l’intérieur : un petit livre de 48 pages décrivant les oiseaux les plus familiers, de superbes illustrations cartonnées (un lieu, un oiseau et une plume…) et plusieurs approches pédagogiques pour utiliser tout ce joli matériel !
« Mon coffret Montessori des oiseaux », d’Eve Herrmann, illustré par Roberta Rocchi. Nathan, 22,90 €.

A L’INTÉRIEUR

D’un glissement de doigt l’on ouvre la peau d’animaux et l’on découvre comment cela fonctionne à l’intérieur. Comment l’éléphant porte ses bébés, comment voit le tigre, de quoi se compose leur régime alimentaire… Fascinant !

« Mammals » : 2,99€ App Store.

CONTE SYLVESTRE

Poumon de notre planète, il est important de prendre soin des arbres. Et si en plus ils nous annoncent l’avenir ! Ce conte sublime l’arbre en exploitant les codes picturaux de Klimt. Simple et envoûtant, il vous enchantera.

« Le Gardien de l’arbre » : 6,99€ iPad.

 

 

 

 

LES SAISONS

Quand Gallimard décline en applis ses livres-découvertes, cela donne de très belles surprises. Cet opus sur la forêt n’y déroge pas et révèle aux enfants les changements sur la faune et la flore qu’entraîne chaque saison. Très pro.

« La Forêt – Mes premières découvertes » : 4,99€ App Store.

JARDINAGE

La faune et la flore en direct, sur et sous la terre, à toute heure du jour ou de la nuit, par tous les temps et toutes les saisons. On vit tout, on peut tout voir en accéléré. Sans oublier que l’on peut planter nous-mêmes… dans l’appli !

« Plantes » : 2,99€ iPad (cet été, pour Android).

VIE DE PLANTES

Trois graines, 3 plantes, 3 milieux, 3 manières de pousser puis de polliniser. Avec cette appli aux très beaux dessins, l’enfant découvre avec poésie le cycle de vie des plantes. On aurait juste aimé que cela dure un peu plus longtemps…

« Bloom » : 4,99€ App Store.

INDISPENSABLE

Cette BD, écrite par la directrice de l’ENA, Nathalie Loiseau, et très bien illustrée par Aki, est une pépite. Ultra-pédagogique, segmentée en de courts chapitres et rigolote, elle vaut tous les cours d’éducation civique. Que votre enfant ait 1 an ou 12 ans, n’hésitez pas. Le premier la lira quand il sera plus grand et le 2e en fera profiter toute sa classe !

« La Démocratie en BD », de Nathalie Loiseau, illustrée par Aki. Casterman, 12,50€.

MALIN !

Voici une bonne idée pour faire passer la pilule. Un cahier d’activités sur l’arrivée du numéro 2 de la fratrie pour aider les futurs grands frères ou grandes sœurs à avaler la couleuvre…

« Bébé arrive ! », de Lie Dirkx. P’tit Glénat, 13€.

TÉMOIGNAGE

Trois ans et 9 mois : c’est le temps qu’il aura fallu à Audrey Keysers, infertile, pour avoir un enfant. PMA, FIV, don d’ovocytes, relations avec le milieu médical, dysfonctionnement du système… sans pathos et avec humour, Audrey nous raconte son histoire. Un livre qui fera du bien à ces trop nombreux couples (1 sur 6 en France !) pour qui avoir un enfant n’a rien d’évident.

« Trois ans et 9 mois », d’Audrey Keysers. Max Milo, 16€.

 

SUPERBE

Voici un album façon « cherche et trouve » en très, très beau… Chaque page est encore plus époustouflante que la précédente et recèle, bien cachés, 20 animaux à trouver. Challenge !

« Cachés dans la jungle », de Peggy Nille. Actes Sud Junior, 14,80€.

FOU !

À quoi peut bien ressembler un Rhumocéros, une Poiremacie ou encore un Téléphoque ? Avec ses illustrations qui « mangent » les pages et son imagination débridée, ce « boomerang poétique » nous fait du bien !

« Marius et le Philodindon », d’Audrey Blanquart et Marine Belkebir. Youpe Youpe éditions, 14,50€.

 

LE GRAND MÉCHANT RENARD ET AUTRES CONTES

Ceux qui pensent que la campagne est un lieu calme et paisible se trompent. On y trouve des animaux particulièrement agités, comme un renard qui se prend pour une poule, un lapin qui fait la cigogne et un canard qui veut remplacer le Père Noël… Voici 3 histoires -issues d’une BD que l’auteur-réalisateur a lui-même adapté à l’écran- totalement hilarantes !

 

Good Luck : 5 lots de 4 places pour « Le Grand Méchant Renard et autres contes » ! Pour participer, il suffit de vous rendre sur notre page Facebook et de tagger 3 personnes de votre choix entre le 6 juin et le 18 juin 2017 sur https://www.facebook.com/bubblemag/.

Jeu gratuit sans obligation d’achat, ouvert uniquement en France et accessible sur www.bubblemag.fr . Les gagnants seront tirés au sort. Le lot est composé de 4 places d’une valeur de 50€ euros. SARL Elbbub, RCS Lille Métropole n°494 920 359.

La pochette d’activités spéciale printemps

Tu aimes les activités manuelles, tu as envie de t’amuser ou de redécorer ta chambre aux couleurs du printemps ? Bubble Mag te propose de découvrir la BIG pochette d’activités spéciale printemps créée par l’illustratrice Steffie Brocoli.

Comment je fais pour utiliser la BIG pochette du printemps ? 
Télécharge d’abord la pochette d’activités ICI et demande à tes parents de t’aider à l’imprimer.
Tu vas avoir besoin de matériel différent pour chaque activité, mais tu peux déjà aller chercher tes feutres préférés et ta trousse d’école !

La BIG pochette du printemps, c’est quoi ? 
Dans cette pochette d’activités tu vas pouvoir t’amuser avec deux DIY, deux jeux, un coloriage et quelques surprises !
Le + : La pochette est entièrement illustrée de jolis dessins colorés et amusants imaginés par l’illustratrice Steffie Brocoli.

#bubbleyou Toute l'actu de nos réseaux sociaux

Toute l'actu de nos réseaux sociaux