• S'inscrire à la newsletter
  • Le Mag
S'inscrire à la newsletter

Je m'inscris à la newsletter de Bubble

Initiatives

Nature : on protège bien ce que l’on aime !

« Tout comme le “peau à peau” est important pour les bébés, le “peau à terre” est tout aussi essentiel ! »

Et si le respect de la planète était une question d’éducation du tout petit ?  Que les gestes de préservation de la nature s’apprenaient comme on apprend à se brosser les dents ou à faire ses lacets ?

L’association Ecolo crèche s’est donnée pour mission d’initier les crèches au développement durable : depuis 2013, elle transmet les bonnes pratiques autour notamment de l’alimentation, des activités et des jeux, de l’entretien des locaux, de l’hygiène, de la gestion des énergies… Le  label Ecolo Crèche, 1er label écologique reconnu par l’ADEME et la CNAF, récompense aujourd’hui 400 crèches engagées. Rencontre avec Claire Grolleau, fondatrice et présidente de l’association Ecolo Crèche.

 

À partir de quel âge peut-on commencer à parler d’écologie avec nos enfants ?

Claire Grolleau : Pour aborder le concept d’écologie et de développement durable, il faut bien sûr attendre 8-9 ans, que l’enfant soit capable de comprendre des notions abstraites. Mais, avant cela, il est très important de leur permettre d’expérimenter la nature. De les mettre très tôt en contact physique avec la nature : la terre, l’herbe, les arbres… Tout comme le « peau à peau » est important pour les bébés, le « peau à terre » est tout aussi essentiel .

Comment faites-vous dans les crèches pour reconnecter les enfants à la nature ?

Claire Grolleau : On voit beaucoup de jardins de toute taille (même en intérieur, dans des bacs) dans lesquels nous recommandons toujours de garder un coin « gratouille » – il est important de laisser les enfants toucher, manipuler, s’approprier les éléments, travailler à leur façon, même s’ils n’ont pas toujours la motricité fine ad hoc pour ne pas écraser, abîmer… Certaines crèches ont favorisé la colonisation de leur jardin ou de leur cour par des animaux et fabriquent des nichoirs, nourrissent les oiseaux, installent des mares ou des abris à insectes. Nombreuses sont celles qui ont également mis en place des parcours sensoriels. D’autres osent les sorties à la campagne, au parc, à la ferme… La mise en place de compost se développe également : cela permet aux enfants de manipuler les matières et c’est une bonne occasion d’observer une microfaune incroyable.

Quel est le lien entre connaissance de la nature et protection de l’environnement  ?

Claire Grolleau : Si les jeunes enfants n’ont pas eu l’occasion de se connecter à la nature, de comprendre que cela fait partie intégrante de leur écosystème, jeter un plastique par terre ne leur posera aucun souci. C’est comme si cet environnement ne leur appartenait pas, qu’ils avaient grandi « hors sol ». On protège bien ce que l’on connait et ce que l’on aime.

Un conseil aux parents urbains ? Comment expérimenter la nature en ville avec ses enfants ?

Claire Grolleau : Un parc, un jardin font très bien l’affaire ! Il y a de l’herbe, des arbres, des oiseaux… Il faut laisser l’enfant explorer, toucher et se salir !

 

Retrouvez la liste des Ecolo crèches sur leur site Internet.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires