• S'inscrire à la newsletter
  • Le Mag
S'inscrire à la newsletter

Je m'inscris à la newsletter de Bubble

Psycho

La confiance en soi, c’est quoi ?

Docteure en psychologie, France Frascarolo-Moutinot codirigeait jusqu’à sa retraite, l’unité de recherche sur les interactions familiales au Centre d’Étude de la Famille (CEF), à Lausanne, en Suisse. Dans son livre Comment aider votre enfant à avoir confiance en lui ?, elle explique ce que confiance en soi signifie. Un décryptage essentiel pour savoir comment accompagner nos enfants.

 

Qu’entend-on par « confiance en soi », exactement ?
F.F.-M. : La confiance en soi (littéralement avoir foi en soi ) n’est pas monolithe. Ce n’est pas une seule croyance, mais trois domaines de croyance.

 

C’est-à-dire ?
F.F.-M. : Il y a d’abord la confiance en ce que l’on est, liée à l’acceptation de notre personne, à la place qui nous est attribuée dans notre famille et notre entourage. Elle vient notamment de notre sentiment d’avoir été et d’être aimé.e, d’avoir de l’importance et de la valeur pour nos proches, d’être reconnu.e, écouté.e, respecté.e et pris.e en considération.

 

Et la deuxième ?
F.F.-M. : Il s’agit de la confiance en ce que nous pouvons. Elle est liée à nos compétences (intellectuelles, motrices, sociales, manuelles, etc.), à l’ensemble de nos acquisitions et de nos réalisations.

 

Et enfin ?
F.F.-M. : C’estla confiance en ce que nous voulons. Elle dépend de la manière dont nos envies et nos désirs ont été reçus. Ainsi, par exemple : puis-je m’accorder le droit de choisir tel ou tel métier, de déployer mes ailes, ou dois-je ne pas m’écouter pour « ne pas faire de peine » à mes parents ?

 

La confiance en soi peut-elle être confondue avec trop d’ego ?
F.F.-M. : Non ! Avoir confiance en soi n’implique nullement un quelconque nombrilisme. C’est au contraire un ingrédient indispensable pour se sentir suffisamment libre d’agir, d’aller à la rencontre des autres, de défendre ses idées, de faire preuve de courage. Si l’on ne s’apprécie pas suffisamment soi-même, on attendra des autres qu’ils le fassent et nous accordent reconnaissance et amour. Dès lors, on entrera dans un cercle vicieux d’attentes, avec son cortège de déceptions, de pressions et de retraits.

 

Comment se développe-t-elle chez l’enfant ?
F.F.-M. : La confiance en soi commence à se construire dès la naissance. Les premières expériences du nourrisson quant à la satisfaction de ses besoins, surtout si elles se perpétuent, sont fondatrices. Elles restent physiologiquement ancrées en lui et influenceront les croyances que le jeune enfant adoptera : mon entourage prend soin de moi, la vie est agréable, j’ai un certain pourvoir, etc., ou, à l’inverse, le monde est hostile, je suis impuissant, je n’ai pas ma place sur terre…

 

 

Quels sont ces besoins du nourrisson dont vous parlez ?
F.F.-M. : L’être humain est profondément social : un bébé recherche le contact dès sa naissance ! Pour grandir, il est essentiel que non seulement ses besoins physiologiques (nourriture, sommeil, activités et soins) soient comblés, mais aussi qu’il puisse interagir avec les personnes qui l’entourent.

 

C’est-à-dire ?
F.F.-M. : Les regards positifs et bienveillants qu’il reçoit sont des stimuli vitaux pour sa croissance. Si nous lui manifestons notre plaisir à interagir, si nous lui accordons des temps de parole en lui laissant « un temps pour répondre », nous lui donnons des messages sur son rôle, sa place, sa valeur. Cela consolidera et renforcera sa confiance en lui.

DefinitionComment aider votre enfant à avoir confiance en lui ? France Frascarolo-Moutinot, 19€, De Boeck.


C’est la manière dont on est regardé qui détermine celle dont on va se percevoir,
Denis Marquet, philosophe et thérapeute.

Commentaires